Search
Auteur
Editeur
Generic filters
Catégories

Libraire indépendant, éditeur dissident

Search
Auteur
Editeur
Generic filters
Catégories

La puissance et la foi

Alain de Benoist

23,00

350 PAGES
ÉDITÉ PAR Pierre Guillaume de Roux
ISBN 2-36371-347-6

L’avis du libraire

Quatrième de couverture

« A douze ans d’intervalle, nous avons assisté à deux événements à la portée symbolique opposée : la chute du Mur de Berlin en 1989 et l’effondrement des Twin Towers le 11 septembre 2001. Le premier a été considéré dans les milieux libéraux comme marquant la fin des totalitarismes et la naissance d’une ère de prospérité et de paix universelle débouchant sur la « fin de l’histoire » (Francis Fukuyama). Le second, tout au contraire, a révélé la puissance du « fanatisme religieux » faisant irruption dans un monde globalisé cherchant à s’unifier par le moyen de la technologie et du commerce. D’un côté, le triomphe de la pensée « rationnelle », de l’autre le spectre des « fous de Dieu ». La théologie politique, du même coup, a repris ses droits : au cours de la dernière décennie, des centaines de livres, d’essais, d’articles, de colloques sont venus témoigner de son actualité, qu’il s’agisse des efforts déployés par les Eglises pour échapper à la privatisation intégrale de la foi et reprendre pied dans l’espace public, des débats sur la laïcité et le statut civil des religions, des discussions sur le « matérialisme pratique » et le « désenchantement du monde », mais aussi sur le « retour du religieux », le nouvel essor de l’islam (et de l’islamisme politique), le renouveau charismatique et le développement des sectes d’inspiration évangélique qui, en Amérique latine, exercent aujourd’hui une séduction que l’ancienne théologie de la libération des années 1970 et 1980 a perdue. (…) La question de la pertinence politique du christianisme reste ainsi ouverte, tout comme celle d’une éventuelle levée de l’«excommunication» publique de la religion. On peut la formuler ainsi : si la modernité a pu être définie en termes de sécularisation, la postmodernité doit-elle être comprise comme désécularisation, c’est-à-dire comme un moment où la religion fait retour dans l’espace public sous des formes nouvelles ?»

Alain de Benoist, écrivain et philosophe, est spécialiste de philosophie politique et d’histoire des idées. Auteur d’une centaine de livres et de plusieurs milliers d’articles, il a déjà publié, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, Les Démons du Bien (2013), Le Traité transatlantique et autres menaces (2015), Au-delà des droits de l’homme. Pour défendre les libertés (2016), Le moment populiste. Droite-gauche, c’est fini !(2017), Décroissance ou toujours plus ? Penser l’écologie jusqu’au bout (2018).

Vous êtes un libraire ?

Vous pourriez aussi aimer
Lucien Cerise
20,00
Robert Ménard
7,00
Hermann von Keyserling
8,50

Nous Contacter