La Nouvelle Librairie est ouverte aux horaires habituels. Heureux de vous retrouver !

Votre panier

Votre panier est vide.

Paiement 100% sécurisé
0,00 0

Le Grand Remplacement

Renaud Camus

30,00

En stock

Ce livre constitue la quatrième édition, très augmentée, du Grand Remplacement, volume originellement paru aux éditions David Reinharc en 2011.

508 PAGES
ÉDITÉ PAR Renaud Camus
ISBN 979-10-91681-61-2

L’avis du libraire

« Le numéro 1, qui ne nous tiendra pas rigueur de succomber à la manie des classements, bien qu’il soit très sourcilleux sur ce chapitre. François Bousquet »

Quatrième de couverture

« Pouvez-vous développer le concept de Grand Remplacement ? — Oh, c’est très simple : il y a un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, il y a à sa place un ou plusieurs autres peuples. C’est la mise en application dans la réalité de ce qui, chez Brecht, paraissait une boutade, changer de peuple. Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que rend seule possible la Grande Déculturation, est le phénomène le plus considérable de l’histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours. »

(entretien pour Le Nouvel Observateur)

Aux différents textes réunis dans les précédentes éditions de cet ouvrage on a ajouté ceux de plusieurs conférences et articles plus récents, dont la plupart tendent à dégager le « concept » de « remplacisme global » : c’est le nom que propose l’auteur pour la force historique en laquelle il croit reconnaître l’essence même de la contemporanéité post-moderne. Il la dénonce comme le principal totalitarisme à l’œuvre de nos jours en Occident et dans le monde, né de l’alliance contre-nature, mais logique, de l’antiracisme moral et de la finance hors-sol, sous les instances d’un taylorisme ou d’un fordisme post-post-industriel. Le producteur devient le produit, et vice-versa. Les industries de l’hébétude et celles du naufrage organisé rivalisent dans la production de la MHI, la Matière Humaine Indifférenciée.

Entre ce totalitarisme-là et l’islam, c’est pacte germano-soviétique permanent — pourtant il ne saurait durer.

Deux dialogues écrits : avec Alain Finkielkraut, par e-mails interposés ; avec Emmanuel Carrère, par le truchement d’une lettre à l’auteur, et sa réponse. Un message de « Rémi Gration » :  « Je suis le désespoir des hamsters » ; le « discours de Baix » (en Ardèche) : « Les mots interdits sont les plus vrais » ; et l’« Appel de Colombey », lancé la 9 novembre 2017 près de la tombe du général de Gaulle, et portant fondation, avec Karim Ouchikh, du Conseil National de la Résistance Européenne, dont Renaud Camus est le président.

Nous Contacter